• Quirks est un étonnant jeu des années 80 dans lequel les joueurs essaient de faire survivre leur espèce préhistorique, laquelle parviendra à muter tout au long de la partie, pour ne plus bien ressembler à grand chose...

    Je n'y pas rejoué depuis belle lurette, mais un intenaute m'ayant gentiment demandé si j'avais la règle en ma possession, j'ai rouvert la petite boîte verdâtre et scanné pour lui, et pour vous aussi, les 7 pages de règles. J'espère qu'elles vous seront utiles...

     

    Page 1 - Page 2 - Page 3 - Page 4 - Page 5 - Page 6 - Page 7

     


    4 commentaires
  • Rien de tel qu'un jeu de Stefan Feld pour passer un excellent moment ludique ! L'heureux élu aujourd'hui est le superbe Bora Bora, un jeu qui ne me fait pas mal à la tête, et pourtant il y a à penser. Et puis, c'était le souhait de Tristan que d'y revenir, alors... Ensuite, en fin d'après-midi, nous intégrons Maitena à une partie beaucoup plus light, sur un Knizia que je n'avais pas encore essayé, donc why not ? Au Feu ! ...

     

    BORA BORA : 

     

      Ce nouveau Feld, enfin d'il y a trois mois, hein ;-) est vraiment excellent et plus j'y joue plus j'y prends du plaisir. On y retourne aujourd'hui, donc, à deux avec mon gone...    
     


      Tristan a mis en place son plateau, avec ses 3 objectifs de départ : avoir un bijou et une femme (facile), avoir 4 hommes (plus dur, mais super pour son développement) et avoir deux cartes Dieu rouges( facile)...



      Mon plateau au départ, avec mes tuiles d'objectifs : avoir une femme et un prêtre (facile), avoir 4 cartes Dieu différentes (facile avec la pioche visible) et avoir une hutte sur chaque raie (très difficile : elles sont très espacées)...     


      Les dés joués au premier tour...   


      Je n'ai pas hésité à aller placer un prêtre sur la case 6, histoire d'être assez serein pour plusieurs tours, tout en prenant deux cartes Dieu (feu + action de l'assistant) et en construisant un niveau de temple. Un bon premier tour...   


      Vue du plateau, une fois le premier tour achevé...    


      Après avoir validé mon objectif de 4 cartes Dieu différentes, je vais me consacrer aux autres, dont le tout-dernier pris : avoir relégué au moins 4 huttes dans la dernière case (facile avec l'action d'assistant)...       


      Le jeu est génial en ça qu'il se joue tout de suite, ou presque, pour celui qui l'a déjà pratiqué ! Un pur bonheur d'immédiateté de jeu... 


      Voici nos dés joués au deuxième tour...       


      Et le plateau en fin de deuxième tour...   


    Nos dés joués lors du troisième tour...       


        Et le plateau en fin de troisième tour...     


      Mes huttes se vident, petit à petit, mais je suis assez moyen sur les constructions je trouve. Quant aux objectifs, celui des 3 prêtres me va bien (je voulais me renforcer sur ce point), alors que celui indiquant 2 ramasseurs de coquillages est très problématique : ils sont tous passés et je n'en ai qu'un !     


        Les dés du quatrième tour, avec deux nouveaux prêtres pour moi, on comprend pourquoi je pense...      


      Les scores sont -très- serrés, mais Tristan a déjà chuté un objectif, donc il ne peut pas scorer les 6 points dé bonus dévolus à cet axe...         


      Au cinquième, et avant-dernier tour, je mise beaucoup sur l'expansion avec deux nouveaux placements de huttes...     


      Il commence à être dubitatif le gone ! Il faut dire que mes expansions le priveront de points et qu'il manque de jetons d'offrandes pour jouer autant de cartes qu'il aurait besoin de le faire. De plus, ses 3 objectifs restants lui paraissent bien difficiles...    


        Et le plateau en fin de cinquième tour avec une avance qui commence à se dessiner au score, sachant que j'ai scoré un poisson avec une carte rouge et que j'ai construit un monument en utilisant le pouvoir d'une de mes femmes...     


      Les dés, au sixième tour, mettent en évidence que je m'étends encore (deux fois) et que je poursuis mes constructions. En effet, après calculs, cela est légèrement meilleur que de prendre la tuile homme de ramasseur de coquillages pour terminer l'un de mes objectifs...   


        Et le plateau en fin de sixième tour, juste avant que l'on décompte les objectifs réalisés une fois la partie terminée et avant le décompte final. Vu que j'ai 8 huttes qui comptent contre seulement 2 à Tristan, je ne me fais guère de souci... 


      Le plateau de Tristan, une fois la partie achevée, avec un développement limité au niveau des constructions (1 sur 6) et des tuiles hommes / femmes (8) + huttes restantes (8)...     

      Avec 8 objectifs réalisés sur les 9 requis pour le bonus, Tristan couine un peu. Sinon, il remporte brillamment le bonus lié aux bijoux...   


     Mon plateau, une fois la partie achevée, avec un développement insuffisant au niveau des constructions (4 sur 6), voire mauvais sur les tuiles hommes / femmes (7). En revanche, j'ai failli être pas mal au niveau des huttes restantes (4 sur la dernière case)...  

      Mais là, je suis content : bonus des bijoux + bonus des objectifs, c'est cool !   

    Bilan synthétique :

    On a aimé
      - La facilité pour jouer à ce jeu, sous des abords complexes et imbriqués, un peu la marque de fabrique de M. Feld !
    - Les nombreuses voies de développement.

     

    On a moins aimé
    - ?

     

     

     

    Scores de la partie :

     

        Piste Tâches finales Tuiles dieux Poissons Bijoux Bonus Total
    Tristan (noir)
    51 6+6+6 0 2 28 6 105
    Ludo le gars (vert))
    73 6+4+4 4 27 28 6+6 158
     

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20


    Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    AU FEU ! : 

     

      Un jeu de Knizia, déniché en brocante il y a près d'un an, un jeu que je ne connaissais pas : quelle bonne idée pour terminer l'après-midi ! Malheureusement, le jeu n'en vaut pas exactement la chandelle (c'est le cas de le dire avec ces pompiers) ;-)     
     


      4 pompiers s'apprêtent à gravir l'échelle pour aller éteindre l'incendie qui s'est déclaré au sommet de l'immeuble. Les couleurs n'appartiennent pas aux joueurs. Le but est de faire monter le plus haut possible les pompiers dont vous avez beaucoup de cartes en main à la fin. Le problème, c'est que vous utilisez ces dites cartes pour les faire monter...



      Pour la première manche, sur trois (puisque nous sommes trois), je possède les cartes suivantes pour jouer. Aucune carte ne me sera redistribuée, donc je sais exactement ce que je vais pouvoir faire. Dans chaque couleur, il y a des cartes de valeur 1 ou 2, indiquant le nombre de barreaux d'échelle à monter. A noter qu'il y a quelques cartes joker permettant de remplacer la couleur de son choix. Enfin, 10 cartes ont été écartées avant la donne, histoire que rien ne soit jamais sûr...   


      Le jeu est facile : on joue une carte et on fait monter le pompier correspondant de la valeur correspondante. Et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'un pompier arrive tout en haut, ce qui clôt la manche. On passe alors au décompte...   


      Au premier tour, le pompier jaune et le pompier bleu sont montés de deux barreaux, le pompier rouge d'un seul et le pompier vert n'a pas bougé...     


      Maitena ayant placé le pompier jaune sur l'avant-avant-dernier barreau, je me fais un plaisir de l'emmener en haut, quitte à sacrifier cette carte 2 jaune. J'empoche un bonus de 6PV pour cet acte de bravoure...    


      Explication du décompte sur cette première manche :
    - Chaque paire de cartes 1 rapporte 5 fois la valeur du pompier (exemple : j'ai deux cartes 1 jaunes et comme le pompier jaune est en face du barreau marqué 3, j'empoche 5X3 = 15PV),
    - Chaque carte 2 rapporte 2 fois la valeur du pompier,
    - Chaque carte 1 seule rapporte 1 fois la valeur du pompier,
    - Les jokers ne rapportent rien.   


      Une fois le premier décompte effectué, on attaque la deuxième manche, en espérant mieux gérer nos coups, mieux anticiper comment bien jouer. Au final, à part espérer que les autres feront monter à notre place le ou les pompiers dont on a beaucoup de cartes, nous n'avons pas trouvé beaucoup de stratégies pertinentes. Tout au plus, le moment pour jouer ses cartes de jokers semble-t-il avoir une importance... 


      Une fois encore, les pompiers semblent monter groupés. Il faut dire que personne n'a vraiment intérêt à dépenser toutes ses cartes d'une couleur pour en faire monter un rapidement...       


      Fin de deuxième manche, terminée par Maitena, mais encore une fois clairement à mon avantage !   


      Tiens, cette troisième manche démarre un peu différemment, avec un Tristan qui nous joue carte bleue sur carte bleue, ce qui m'incite à me révéler un peu, et Maitena aussi du coup, pour le faire courser par le pompier jaune...     


      Et voici la troisième manche qui s'achève, avec Maitena qui termine le travail du pompier jaune, suite à ma progression sur l'avant-avant-dernière marche...   

    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - La simplicité de la règle de jeu : élémentaire,
    - L'originalité et le côté paradoxal du système de jeu : on score sur des cartes qu'on a réussi à garder alors qu'on a intérêt à les dépenser pour marquer !

     

    On a moins aimé
    - La boîte, bien pleine de vide...
    - Le hasard, omniprésent, et l'impossibilité de bien mesurer ce qu'on a intérêt à faire,
    - L'impression, à confirmer, que les stratégies sont très limitées...

     

     

     

    Scores de la partie :

     

        Manche 1 Manche 2 Manche 3 Total
    Tristan
    22 21 22 65
    Maitena 12 6+21 6+11 56
    Ludo le gars
    6+20 29 23 78
     

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20


    Durée de la partie : 30 minutes

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

     


    votre commentaire
  • La Fête Nationale du Jeu, organisée le dernier samedi du mois de mai depuis de nombreuses années permet à chaque association ludique participante de faire découvrir le jeu de société moderne gratuitement un peu partout en France. Comme d'habitude, notre association Les Ludophiles s'y colle, avec une manifestation en intérieur cette année pour cause de temps plus que capricieux et particulièrement froid (6° à 14h00 !!!).
    Au programme, en ce qui me concerne, en dehors des sempiternels Fou Volant et autres Gymkhana :
    - Augustus : plus que probablement le futur Spiel des Jahres...
    - Qin : un vrai Knizia, tout neuf tout malin, sorti à Essen 2012,
    - Non Merci X 2, car ce petit jeu séduit toujours les nouveaux venus,
    - Splits X 2, un peu pour la même raison : règle expliquée en 1 minute et partie jouée en 5,
    - Strasbourg : une partie épique sur un jeu souvent sous-estimé de Stefan Feld, un auteur clairement au top de sa forme en ce moment :-) 

    Bonne journée ludique, donc, avec pas mal de fatigue en fin de soirée...

     

    AUGUSTUS : 

     

      La Fête du Jeu se déroule salle des anciens, à l'entrée de laquelle nous avons disposé notre banderole...   
     


    Rien de tel qu'un bon Augustus à 6 pour démarrer la journée...



      Mes 3 objectifs choisis au départ...   


      Très bonne ambiance pour un jeu qui tourne vraiment bien...   


      Hop, un premier objectif réalisé et un deuxième qui l'est ce tour...   


      De bonnes têtes de vainqueurs ;-)))   


      Les objectifs réussis par Romain, en bas, alors que Fabrice nous a mené à une victoire éclair...   


      Ceux de Jacques, pas mieux lôti que son voisin de droite...


      Du mieux chez Pierre, avec 4 objectifs et deux tuiles de bonus...   


    Fabrice nous éclate avec ses 7 objectifs réussis et pas moins de 3 tuiles bonus...    


      4 objectifs au final pour Franck et une belle tuile bonus, mais il couine...   


      Et voici mon butin : 5 objectifs et 2 tuiles bonus, pas trop mal avec un dernier sénateur au finish pour empocher la tuile de 2 points...   

    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - Le côté fun et tout simple du jeu,
    - La possibilité d'y jouer avec un plaisir égal de 2 à 6 joueurs,
    - La bonne reprise du loto, laquelle offre un beau plaisir de jeu.

     

    On a moins aimé
    - ? à moins d'y chercher quelque chose que le jeu n'est pas censé proposer...
     

     

    Scores de la partie :

     

    Romain : 12 (0+6+6)
    Jacques : 12 (0+12+0)
    Pierre : 35 (9+24+2)

    Fabrice : 58 (19+11+28)
    Franck : 38 (8+6+24)
    Ludo le gars : 37 (8+25+4)

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


    Durée de la partie : 30 minutes

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    QIN : 

     

      Quel beau jeu que ce Qin ! Un système très élégant au service d'un jeu riche et malin, rapide et accesible à tous, tout en permettant, fait assez rare pour un jeu allemand, de se friter à ses voisins...   
     


    Mes trois tuiles de départ comportent deux tuiles doubles, ce qui, avouons-le, est plutôt un avantage pour poser rapidement ses pagodes...



      Au premier tour, Jean-Luc a posé une pagode violette, Romain deux noires et moi-même deux vertes...   


      Le jeu tourne super bien mais il n'est pas hyper facile de savoir quoi faire quand on y débute. N'est-ce pas Jean-Luc et Romain...   


      Je viens de poser une double-pagode sur mon royaume jaune car celui-ci vient d'atteindre les 5 cases requises. Il devient donc inattaquable, ce qui est bien sécurisant, et mon village est mieux soutenu...   


      La partie se poursuit avec un nombre de pagodes posées à peu près identique, ce qui va bientôt m'inciter à attaquer mes voisins, histoire de prendre de l'avance...   


      Je n'ai plus que quatre pagodes vertes à poser...   


      L'un des jolis coups de cette partie, à gauche : je vais poser une tuile double jaunecontre mon royaume... 


    ... ce qui me permet de placer une seconde pagode sur la première et, surtout, d'éjecter la pagode violette du village de l'angler pour la remplacer par une verte. Ca, c'est fait... 


    Deux tours plus tard, je pose ma dernière pagode, ayant dû attendre un tour supplémentaire car je ne disposais que de trois dominos identiques rouge / bleu, peu pratiques pour poser mon reliquat...


    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - L'élégance du système de jeu,
    - L'absence de thème, paradoxalement, invitant à plus de liberté mentale sans avoir à justifier d'un thème (qui aurait été plqué de toute façon),
    - La rapidité de la partie pour un jeu aussi plaisant,
    - L'obligation d'aller attaquer les autres pour les ralentir dans leur pose de pagodes.

     

    On a moins aimé
    - Le hasard de la pioche des tuiles : ah, les tuiles doubles...
    - La difficulté pour que les nouveaux joueurs se montrent belliqueux, pourtant le jeu le requiert je pense.
     

     

    Scores de la partie :

     

    Jean-Luc (violet) : reste de 6 pagodes
    Romain (noir) : reste de 3 pagodes

    Ludo le gars (vert) : reste de 0 pagode

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20


    Durée de la partie : 45 minutes

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    NON MERCI X 2 : 

     

      L'indémodable Non Merci est de sortie, forcément, pour deux parties endiablées...   
     


      Parties à 5, avec des joueurs qui auront dit "Non merci" sans arrêt...



      Fin de première partie, à mon avantage...   


      Fin de deuxième partie à l'avantage de Jean-Luc, alors qu'avec la carte 32 sortie, je réussissais l'un des meilleurs scores jamais atteint probablement...   

    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - L'évidence du système de jeu, lequel fait mouche à chaque fois,
    - Le côté "jeu emportable partout".

     

    On a moins aimé
    - Le hasard lié aux cartes retirées du jeu (ça m'a fait couiner ce 32 absent, franchement).
     

     

    Scores de la première partie :

    Jérémy : 87 (101 en cartes - 14 jetons)
    Romain : 51 (55-4)

    Fabrice : 39 (58-19)
    Jean-Luc : 44 (47-3)
    Ludo le gars : 28 (43-15)

    Scores de la deuxième partie :

    Jérémy : 68 (69 en cartes - 1 jeton)
    Romain : 41 (47-6)

    Fabrice : 54 (64-10)
    Jean-Luc : 27 (43-16)
    Ludo le gars : 41 (63-22)

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


    Durée de la partie : 15 minutes par manche

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    SPLITS X 2 : 

     

      Splits est un bien bel objet ludique, tout simple mais pas simplet, avec un mécanisme d'épuisement de piles de pions très sympathique et assez intuitif...   
     


      Nous avons opté pour un terrain à deux trous pour notre première partie de la soirée...



      La partie semble rapidement s'orienter sur un enchaînement d'actions quasiment automatiques...   


      Laurent trouve, comme moi, le jeu trop répétitif et pas assez profond, en tout cas sur cette partie... Dommage.    


      Fin de partie attendue, avec une impossibilité pour Laurent (blanc) de jouer, alors qu'il en aurait été de même pour moi dans la foulée...   


      Pour ne pas rester sur cette désagréable impression de partie peu passionnante, nous nous lançons dans une revanche, avec un terrain à un seul trou, mais plus grand, cette fois-ci...   


      La partie est immédiatement plus passionnante...    


      Et ça fait même chauffer quelques neurones... 


      Je parviens à presque isoler une grande pile blanche de Laurent, lequel sentant que ses tours sont comptés...    


      Hop, la partie s'achève, et cette fois on a beaucoup plus aimé ! Cool...   

    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - Le matériel de jeu très agréable,
    - La simplicité du mécanisme,
    - La rapidité des parties, invitant à des revanches immédiates.

     

    On a moins aimé
    - Notre première manche ce soir, trop linéaire, sans que je sache exactement déterminer pourquoi.
     

     

    Scores de la première partie :

    Laurent (blanc) : défaite car il ne peut plus bouger
    Ludo le gars (rouge) : victoire

    Scores de la deuxième partie :

    Laurent (blanc) : défaite car il ne peut plus bouger
    Ludo le gars (rouge) : victoire

     

    Note du jeu (sur ces parties) : 16 / 20


    Durée de la partie : 10 minutes par manche

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    STRASBOURG : 

     

      Ah... Strasbourg... L'un des chefs d'oeuvre feldiens que j'aime le plus. Avec son système de jeu à l'ancienne (je trouve), il est d'une élégance et d'une tension rare... Je suis donc ravi de le faire découvrir à Loïc et à Franck, deux joueurs qui s'en lèchent déjà les babines...   
     


      Mise en place effectuée et partie prête à démarrer. A noter que les 5 objectifs que j'ai piochés au départ ne me satisfont guère, les trouvant peu compatibles et l'un d'eux, le plus intéressant, étant celui que j'avais pris en exemple lors de l'explication, pour dire qu'il était difficile et que je l'avais réussi pile poil lors de ma précédente partie : avoir deux pions dans chaque guilde ! J'aurais bien aimé changer... :-(



      4 tas pour moi, avec un total de 6 cartes. Ici, mon 6 me permet de me placer dans la guilde des boulangers...    


      La partie démarre déjà très très tendue : ça promet !   


      Ca, c'est cool : avec ce 1 anodin, je parviens à vendre mes deux denrées pour un total de 5 pièces, lesquelles pourront être réinvesties immédiatement pour la 3ème guilde proposée ! Yes !   


        En fin de premier tour, j'ai placé pas moins de 3 partisans : un dans chaque guilde. Cela va me donner plus de liberté pour les tours suivants.    


      Franck couine déjà, lui qui a bien senti qu'il n'avait pas été dans le bon timing de vente : il a besoin d'argent et doit vendre avant de pouvori investir...   


      Fin du deuxième tour, avec encore 2 partisans à ma couleur (vert) dans les guildes. Ca semble se passer pas mal...



      Nous sommes en train de créer nos tas de cartes pour le 3ème tour et le jeu est vraiment un bijou de tension. Miam...  


      On se prend un peu la tête, ça c'est clair, mais ce n'est pas du tout désagréable, j'adore ce mécanisme !     


      Et voilà, rien n'ira plus pour moi à partir de ce moment-là, alors que tout roulait... Avec ce 5, je ne parviens pas à vendre, alors que Françoise le fait avec un 6 ! Du coup, je termine ce tour sans pièce et je ne pourrai donc pas investir dans la première guilde du tour 4, ce qui me fait d'ores et déjà chuter mon objectif de 3 partisans dans la guilde des brasseurs...    


      Ce troisième tour se termine donc amèrement pour moi, alors que tout le monde me voit hyper bien parti. il faut dire qu'avec des partisans près de nombreux bâtiments, on me croit en avance et très à l'aise. S'ils savaient...     


      Françoise se lâche dans son lot suivant pour acquérir le privilège de la noblesse : pas moins de 13 !   


      Et comme personne ne s'est placé en second, elle reste au clergé qu'elle détenait d'avant !   


      Ce quatrième tour me fait tiquer car je ne parviens pas à remonter mon niveau ailleurs, sachant que j'ai chuté l'un de mes objectifs majeurs...   


      Fin de quatrième tour et, heureusement, je suis toujours dans les clous pour mon objectif principal : deux partisans par guilde.     


      Ca plaisante, ca ricane, mais en fait on réfléchit bien et on tente de se focaliser sur nos priorités. A ce petit jeu, je sais déjà que Loïc va miser à fond sur la noblesse pour placer le dernier bâtiment contre deux de ses partisans. Je devrais donc, selon toute logique, obtenir la place du clergé, cible de l'un de mes objectifs...   


      Arghhh et double arghhh... Françoise m'a subtilisé le clergé pour profiter du positionnement de la chapelle ! Je ne l'aurais jamais cru !!! Du coup, je vais chuter deux objectifs sur trois ! Ici, voici la vue finale du plateau une fois cette frustrante fin de partie achevée...     


      Loïc a réussi ses 3 objectifs...   


      Françoise aussi et cela est déterminant...     


      Franck en réussit trois également, pour un magnifique total de 19 points. Va-t-il se mêler à la course pour la victoire ?   


      Et mes objectifs, pitoyablement chus, à l'exception du réputé plus difficile d'entre eux ! Du coup, je perds 6 points précieux alors que je me voyais carrément mieux ! Ah, ce satané troisième tour de jeu avec cette vente ratée...    

    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - La fluidité du jeu, son élégance, sa tension, son format 1h30 environ : tout !
    - Le grand vide limite couinement lorsqu'on rate le timing qu'on avait besoin d'avoir ;-)

     

    On a moins aimé
    - ?

     

     

     

    Scores de la partie :

        

     

      Piste Personnages Chapelles Edifices Privilèges Objectifs Total
    Loïc (bleu)
    7 7 3 14 0 4+3+5 43
    Françoise (noir)
    13 7 7 16 1 4+3+7 58
    Franck (jaune)
    9 8 1 19 1 8+6+5 57
    Ludo le gars (vert)
    8 10 2 16 0 12-3-3 42

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20


    Durée de la partie : 1 heure 45 minutes

     

     

     

     

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 


    votre commentaire
  • Presque 4 semaines sans une partie relatée sur mon site !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Du jamais vu depuis 2002...
    Il faut dire qu'avec le voyage en Angleterre organisé avec les élèves de ma classe, j'avais d'autres chats à fouetter que de jouer pour mon propre plaisir... Alors, en ce mercredi après-midi, une fois évacuées les tâches familiales et professionnelles en cours, nous nous adonnons à une vraie partie de jeu et cela fait du bien. Surtout sur le nouveau Feld : Rialto !
    Je vous raconte cette sympathique partie à deux joueurs, laquelle mériterait, quand même, de revoir le jeu (mais sûrement pas à plus de 3 car je crains un chaos d'enfer)...

     

    RIALTO : 

     

      Rialto se déroule à Venise, divisée en 6 quartiers, et l'objectif principal est d'avoir la majorité des conseillers des quartiers, tout en ayant construit, sur son plateau individuel, les bâtiments les plus lucratifs...      
     


      Sur son plateau, chaque joueur place ses éléments de jeu : sa réserve personnelle de conseillers (cylindres verts pour moi), pièces d'or et bâtiments construits. En début de partie, chacun en a un : le mien, jaune, me permet de différer un de mes choix de cartes jouées, une fois par tour de jeu...



      Le mécanisme de la première phase a un petit goût de San Marco ! Amusant non... En fait, on étale autant de rangées de 6 cartes que de joueurs + 1 et chacun va en choisir une. On devine déjà les choix qui se posent : se focalisera-t-on sur une rangée pour une ou deux cartes vraiments voulues ou privilégiera-t-on la diversité ? En plus, on en ajoute deux issues de la pioche... Mais le pire, c'est qu'il faudra n'en conserver que 7 pour la phase suivante...    


      La deuxième phase, en 6 étapes, requiert de jouer autant de cartes que voulu d'un type donné. Ainsi, à l'étape 1, on joue uniquement des cartes Doge. Chaque carte fait avancer d'une case sur la piste en question et celui qui en a joué le plus a un bonus d'une case. Et le principe est analogue pour les 5 autres étapes. A noter, évidemment, qu'on a des combos à préparer : cartes jokers et/ou pouvoirs des bâtiments jaunes...  


      L'un des types de cartes est le pont. Ici, Tristan, qui en a joué le plus, pose un pont entre deux quartiers, chaque côté du pont étant affublé d'une valeur, laquelle rapportera au joueur majoritaire dans le dit-quartier...   


      En fin de premier tour, sur les 6 que compte la partie. A noter qu'il manque 1 point à Tristan (jaune) sur cette photo... 



      Et on recommence au deuxième tour, avec ces 3 étalages de cartes. A noter que la position dominante sur la piste Doge est quand même très intéressante puisqu'on choisit sa rangée en premier... Cela me va bien !    


      Tristan a de vrais problèmes de riches ! avec son bâtiment vert, il a pu piocher 3 cartes cachés de plus, ce qui l'oblige à défausser davantage de cartes. mais il a plus de choix... 


        Fin de troisième tour, avec enfin un peu plus de conseillers posés sur le plateau : j'en ai ajouté 4 d'un coup (il en manque 1 sur la photo) dans le quartier actif (n°2). Il faut dire que je suis convaincu que le jeu se joue là-dessus, donc je vais tout faire pour en poser un maximum (au détriment des bâtiments notamment)...     


        Le troisième étalage de cartes, dans lequel je choisis encore en premier ! A noter la deuxième rangée de folie (mais je la choisis pas) : 5 jokers sur 6 cartes ! En fait, un joker ne se joue pas tout seul, donc ce n'est pas si génial que ça...     


      Le troisième tour se termine et c'est Tristan qui a mis davantage de conseillers que moi. Aux scores, il n'a plus qu'un peu d'avance car je la grignote...    


      Quatrième étalage, avec toujours des choix difficiles, tant nous aimerions jouer toutes les cartes...   


      Mon petit plateau, avec mes pièces d'or que je réussis à bien gérer (pas de pénurie et je ne joue pas tant que ça de cartes d'or pour en récupérer), mes deux pauvres cylindres restants (un de mes soucis) et mes 3 bâtiments (dont un bleu pour 3PV par tour contre 1 pièce). On ne voit pas le plateau de Tristan mais, clairement, il ne boxe pas dans la même catégorie avec un très grand nombre de bâtiments, de forte valeur et le plus souvent verts (donc plus de choix et plus de cartes conservées)...   


      Grâce à la majorité sur les cartes Gondoles jouées 1 contre 0 !), je peux placer une gondole entre deux quartiers et poser un de mes cylindres depuis la réserve générale sur un des deux quartiers reliés. Je le mets dans le n°5 et prouve que j'ai au moins un cylindre dans chaque quartier marron, ce qui me permet d'empocher, au nez et à la barbe de mon fils, le bonus de 5PV attribué pour cette configuration...   


      Vue générale en fin de quatrième tour, alors que je prends le large au score (mais Tristan n'a pas encore comptéses bâtiments)...   


      Cinquième étalage...   


      Avec 3 cylindres dans le quartier n°5, je suis encore devant mon gamin pour la majorité. Pas neutre du tout : le joueur majoritaire marque autant de points qu'indiqués sur les ponts et gondoles adjacents, le deuxième seulement la moitié...      


      Un sixième étalage, pour notre ultime choix, alors que j'aurai fait toute la partie devant Tristan sur la piste du Doge...  


      Moins de cartes à défausser qu'au tour précédent pour Tristan : les pièces d'or lui manquent...   


      Avec 2 cylindres placés dans le quartier n°6, je parviens à être devant mon gone ! Certes, il a empoché le bonus des quartiers bleus, mais ça me va assez bien...    


      Le bluffant plateau individuel de mon fils, avec un bâtiment compté et défaussé, et pas moins de 22 PV rien que sur les bâtiments restants...   

      Mon plateau, plus modeste, beaucoup plus modeste, mais mes points sont gagnés ailleurs...   

    Bilan synthétique :

    On a aimé
    - L'original système de rangées de cartes à choisir en intégralité,
    - Les bâtiments, en 3 couleurs, avec des pouvoirs simples à appréhender et très spécifiques,
    - La très bonne jouabilité à 2, et probablement à 3,
    - La relative pureté du mécanisme : de la majorité à deux niveaux (sur le nombre de cartes, puis dans les quartiers).

     

    On a moins aimé
    - La crainte que le jeu devienne hyper chaotique à 4 ou 5 joueurs, déjà qu'on ne maîtrise pas tout à 2...
    - Une certaine austérité du plateau et une piste de scores peu pratique (on compte les espaces, pas les points jaunes !)...

     

     

     

    Scores de la partie :

     

        Piste Plateau (résidu + bâtiments) Quartiers Total
    Tristan (jaune)   29 6+22 0+9+6+4+4+5 85
    Ludo le gars (vert)
    34 2+9 13+18+3+9+9+11 108
     

     

    Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


    Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

     

     

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     


    2 commentaires
  • Hello amis ludophiles !

    Vous avez aimé SimCity sur PC ? Vous devriez adorer le dernier jeu d'Alban Viard, sorti en micro édition en 2012 et appelé à une existence nouvelle et relookée en 2013 ! Town Center que ça s'appelle...

     

    Alors, c'est retors. Oui, très. Avec pas mal de finesses dans les contraintes de construction, pas mal de subtilités au niveau des implications entre blocs posés, pas mal de profondeur en somme. Le jeu semble offrir une très bonne rejouabilité, avec un matériel très sympa.

    http://img15.hostingpics.net/pics/674576empilementcubes.jpg

    Quelques infos sur le jeu et son mécanisme :

     

    TOWN CENTER est un jeu de société de 2 à 4 joueurs, complètement en 3 dimensions, à partir de 12 ans.

     

    Une partie dure en moyenne 10 minutes par joueur pendant lesquelles les joueurs vont incarner le role d'un maire qui va construire et gérer le centre de sa ville.

    Il faudra développer sa ville en 3 dimensions : Construire des commerces pour accroitre ses revenus, des appartements pour loger ses citoyens, des bureaux pour leur donner du travail.

     

    Mais n'oubliez pas d'apporter de l'électricité à toutes vos constructions et de toujours garder un oeil sur vos capacités à construire de plus en plus haut car plus vos tours seront hautes plus elles vous rapporteront des points de victoire à la fin de la partie.

     

    L'acquisition des cubes se fait grâce à un mécanisme original mêlant le bluff et encore une fois la troisième dimension.

    Seuls les maires les plus rusés parviendront à construire les bons modules au bon moment dans la partie. Mais attention à ne pas donner des cubes trop intéressants à vos adversaires...

    http://d2oadd98wnjs7n.cloudfront.net/medias/676960/primary_pictures/full/20130225085013-box.jpg?1361811015

     

    Mis en avant sur le site indiegogo.com, le jeu attend votre souscription pour pouvoir partir en production. A ce jour, le 21 mai, il ne manque que 20% du montant requis pour y parvenir. Avant le 31 mai. Allez, 2000 € de souscrits en 10 jours et hop, la belle boiboîte pourra rejoindre vos pénates...

     

    Le lien qui va bien : http://www.indiegogo.com/projects/town-center-a-game-in-3d

     

    Longue vie à ce jeu !

     

     


    votre commentaire